“Alexa, aide-moi à trouver un emploi chez McDo”

“Alexa, aide-moi à trouver un emploi chez McDo”

McDonald’s a voulu faire un grand pas en avant en sollicitant les assistants vocaux pour trouver de la main d’œuvre pour leurs différents restaurants grâce au McDonalds Apply Thru.

Comment ça se passe ?

Une fois la demande faite, il va poser des questions assez basiques comme le nom, la date de naissance, l’adresse, les domaines d’intérêts et le lieu de travail privilégié.

Lors de l’enregistrement des réponses aux questions, l’assistant recherche si des postes sont à repourvoir le candidat reçoit un message avec un lien pour continuer la postulation sur un portail en ligne.

La fiabilité des assistants vocaux sont à revoir

Ceci serait le scénario parfait pour McDonald’s qui le teste dans huit pays différents dont la France et les USA (la Suisse ne fait pas partie du projet pilote).

Les options sont très restreints sur les assistants vocaux.

En utilisant ce système vocal, plusieurs problèmes se posent;

  • une mauvaise interprétation des mots,
  • un mauvais orthographe (spécialement des noms et prénoms),
  • et pour Amazon, Alexa n’est pas le gadget qui rapporte le plus de chiffre pour le géant du web.

Est-ce plus un gadget ou potentiellement un vrai futur outil ?

D’un point de vue personnel, je trouve ceci vraiment comme un gadget essentiellement sur sa fiabilité, le fait qu’on ne voit pas ce qu’interprète l’assistant et le fait que l’intérêt est très minime.

Des statistiques le prouvent car seul 0.002% des courses Uber (dans sa globalité) est commandée via Alexa qui propose déjà l’option sur ses assistants.

La tentation n’est pas grande chez les consommateurs pour la raison qu’il n’y a pas d’écran et qu’une commande se fait en vocal.

Une vidéo promotionnelle pour la fonctionnalité

Le fait qu’ils ne mettent pas plus en avant la fonctionnalité comme si c’était une mauvaise idée, ça peut surprendre.

Et si…

…on pourrait commander à manger via Uber Eats en commande vocal, est-ce que les enceintes pourront être à la performance ?

Quel sera le futur des assistants vocaux ?

Quels sont les systèmes de surveillance les plus fiables et simple ?

Quels sont les systèmes de surveillance les plus fiables et simple ?

Dans un cadre spécifique, j’ai regardé pour une installation de caméras de surveillance.

La solution première si on n’a pas tellement de temps pour regarder

Comme configuration, ce qui semble le plus simple est deux caméras qui sont branchés en câble réseau et une sorte de centrale (comme un NAS Synology ou Qnap) qui permet de lire les vidéos en direct et les enregistrer si on le veut.

Petit hic

Mais, le soucis est que sur le marché actuel si on prend un NAS Synology, il faut aussi penser à prendre un disque dur externe (pas de SSD) et acheter une licence spécifique pour les caméras de surveillance.

Une alternative si c’est la toute première installation

AXIS ont sorti une solution pour les entreprises: AXIS Companion.

Le concept est qu’il y ait une centrale qui officie de NAS si on compare à la solution première et il suffit de brancher un câble réseau (qui alimente en même temps, c’est ce que l’on appelle des ports PoE) aux caméras.

Pas besoin d’acheter une licence ni de le renouveler annuellement.

Entre-deux

J’ai pris une caméra IP pour faire quelques tests avec, j’étais étonné par le nombre de fonctionnalités qui s’offrent lors de mes tests;

1). Les accès

Premièrement j’ai créé une adresse IP dédié chez Infomaniak qui elle pointera sur un nom de domaine.

L’avantage, j’ai pu mettre un nom de domaine simple et si on est pas connecté au Wi-Fi local et sans avoir les IDs pour visionner le direct de la Caméra, vous pouvez y accéder ça ne marchera pas.

Mais, je préfère toujours la précaution, j’ai créé deux identifiants différents dont un qui fait accès “Passe-partout” (non, muraille ne l’a pas suivi) et un autre accès visiteurs.

2). Le visionnage

Avec quelques secondes de décalage, j’ai pu apprécier de voir mon hall d’entrée et de la cuisine, car je n’arrivais pas à tirer un câble réseau depuis le modem (qui était au salon) jusqu’à l’entrée.

La version la plus simple que j’ai trouvée, la caméra est posée par terre et donne un plan large.

Et la détection de mouvement, il m’envoie une notification dès qu’il détecte un humain bouger dans le champ de vision de la caméra.

Je tiens à préciser que la caméra fonctionne autant bien de jour que de nuit avec des capteurs infrarouge.

3). Le son

J’ai vu que je pouvais écouter (toujours en restant sur le Wi-Fi) et parler à travers la caméra.

Cela peut être drôle, efficace et gênant.

Mais niveau qualité faut pas s’attendre à quelque chose d’exceptionnel mais c’est déjà une qualité relativement suffisante pour faire fuir un voleur par exemple.

Conclusion, est-ce que ça vaut la peine d’en prendre une ?

Je dis oui pour plusieurs raisons :

  • La majorité de ces caméras ne sont pas sous-traités par des sociétés donc les données restent soit localement ou sur un cloud choisi par l’administrateur ;
  • La configuration est simple à faire et il suffit de le brancher sur un modem pour le faire fonctionner ;
  • Le contrôle total est garanti, c’est-à-dire l’administrateur peut très bien tout gérer niveau stockage et le délai de suppression des vidéos.
Doit-on faire confiance à des gestionnaires de mot de passes ?

Doit-on faire confiance à des gestionnaires de mot de passes ?

L’idée de cet article m’est venue quand un de mes collègues d’une association locale m’a demandé si je connaissais une alternative à Dashlane pour stocker des mot de passes.

Je préfère d’y préciser car on ne sait jamais…

À nos jours, on a beaucoup de comptes ouverts et on a sûrement tous entendu quelqu’un assez bien rôdé en informatique dire qu’il ne faut pas mettre le même mot de passe partout.

Ne pas simplement mettre le nom de son animal de compagnie suivi de la date de naissance pour les réseaux sociaux ainsi que pour ouvrir la session de son propre ordinateur.

C’est cool, plusieurs solutions existent !

Les gestionnaires de mot de passes

Dashlane, 1Passwords, StickyPassword, Kepper, LastPass, … et j’en passe.

Pour tout vous dire, je ne fais strictement pas confiance à ces gestionnaires car pour le client final qui se lance, un peu dans le vide (pour certains), ne sait pas si ces données sensibles sont stockés localement (sur l’ordinateur).

Ou sur un serveur (qui peut se trouver au milieu de l’Océan Atlantique, qui sait…) ou encore qui est sous-traité chez la GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft).

Le principe?

Donc on entre une première fois le mot de passe sur un site qui demande un login (disons, par exemple, que c’est pour aller sur Facebook).

À l’avenir le gestionnaire de mot de passe va reconnaître le site (Facebook) et va suggérer qu’il entre automatiquement les accès (après avoir validé via l’empreinte digitale ou un code).

Certains vont même plus loin que de simplement suggérer un mot de passe, il est possible d’enregistrer sa carte VISA ou MasterCard.

Enregistrer le mot de passe dans son navigateur

C’est assez fréquent que les navigateurs Webs demandent si on veut qu’il enregistre l’identifiant et le mot de passe et qu’on revient sur le même site après s’être déconnecté il suggère un login pré-rempli.

Là, également, pour un client final c’est pas clair si le mot de passe est enregistré localement (donc sur l’ordinateur), ou dans un datacenter (qui est potentiellement sous-traité par la GAFAM).

Comme par exemple, Apple, si on utilise deux appareils qui sont liés au même compte, comme par magie on retrouve tous les logins pré-remplis, alors c’est pratique, mais…

… la sécurité

Il se trouve que vous avez oublié de changer votre mot de passe qui a été compromis sur votre Mac, et quelqu’un arrive à y accéder.

A partir du moment où il est en possession du mot de passe de la session, il peut retrouver tout ce qu’il veut en moins de 10 secondes.

KeyChain Access chez Apple (qui est l’endroit où tous les mots de passes sont enregistrés) et qu’on clique sur “Montrer le mot de passe” il demande d’entrer le mot de passe de la session et il a le code qui est devant ses yeux.

C’est moche l’informatique… , mais conclusion ?

Non, clairement pas, car selon moi les “leaders” des gestionnaires de mot de passes ne sont pas assez transparents sur le stockage des accès (Sous traitement? Localement? Ou sur leurs propres serveurs?)

Pour moi, le plus simple c’est de faire un tableau ou plusieurs tableaux Excel avec tous les accès et les différents mot de passes qui soit bien protégé (cloud interne, éviter Dropbox ou Google Drive dans la mesure du possible).

Pour les plus avancés, ils peuvent utiliser Access (aussi dans la suite d’Office).

Moi, les plus fidèles du blog le savent, je fais confiance aveuglement à Infomaniak ou j’ai la majorité de ma vie informatique chez eux.

D’ailleurs, je fais un peu un avant-goût, la rentrée 2019 s’annonce très prometteuse pour eux :).

La rentrée avec le Keynote d’Apple

La rentrée avec le Keynote d’Apple

Avant-propos

C’était une action volontaire pour avoir été mis sous silence la semaine dernière, j’attendais cette semaine pour parler du Keynote.

Introduction

Bon je dois être honnête que je ne l’ai pas du tout regardé, même s’il était noté dans mon agenda j’avais juste eu le réflexe de regarder sur le site d’Apple.

Ceci est totalement un point de vue personnel d’un utilisateur qui possède la gamme plus ou moins complète d’Apple (iPhone, Apple Watch, Mac, Apple TV).

La onzième génération des iPhones

iPhone 11 Pro

Premier problème, l’ergonomie physique de l’iPhone

Le physique de l’appareil m’a choqué à un plus haut point;

La disposition des trois caméras et le logo d’Apple mis bien au centre, je ne trouve ça pas franchement beau.

Performance des 3 objectifs

L’objectif qui prend les photos en grand angle c’est la vraie grande nouveauté qui est apparu sur ce nouvel iPhone 11 Pro.

Il a perdu un peu en ouverture (plus le ƒ est proche de 1 plus l’ouverture est grande) de l’objectif en passant à ƒ 2,0 (au lieu des ƒ 2,4 qui était sur l’iPhone XS).

Et les photos dites “normales” (ou Wide chez Apple) est à une ouverture à ƒ 1.8.

Les ouvertures ressemblent plus ou moins à ce qu’on pouvait trouver depuis l’iPhone X.

L’écran

Mise appart que c’est du Super Retina XDR (ce qui permet de rendre les couleurs plus dynamiques et vivantes), la taille des écrans restent les mêmes et l’interface est aussi identique que depuis l’iPhone X.

Poids du téléphone

A ma grande surprise, le iPhone 11 Pro (/max) est plus lourd et légèrement plus gros que l’iPhone XS (/max).

En conclusion, est-ce que ça vaut la peine ?

En tout cas, personnellement je n’irai pas directement en acheter un car les spécificités sont (presque) identique qu’à l’iPhone XS.

De plus qu’Apple n’a mis qu’en avant la photo et non les performances réelles du téléphone.

Apple Watch Series 5

Passons à l’Apple Watch Series 5, il est identique qu’à la Series 4.

Juste peut-être le software qui est différent (l’écran qui reste allumé même avec le poignet baissé) et plus de cadrans.

Sinon, ils ont sortis les version Series Edition (qui est nettement plus cher) mais on a la finition en céramique par exemple.

Niveau taille et bordure de l’écran, c’est exactement la même chose, vraiment rien à dire de plus.

En grosse conclusion

Rien n’est vraiment impressionnant pour cette rentrée chez Apple, j’ai déjà entendu quelques échos qu’en 2020 la rentrée sera beaucoup meilleure.

Mais avec le recul, est-ce que Apple n’est pas entrain de “récupérer” les anciens modèles pour faire croire que c’est une grosse nouveauté ?

Je dis ça surtout quand j’ai vu la sortie de la Apple Watch qui m’a fait rire car c’est vraiment à deux gouttes d’eau à la Series 4.

Le “Phonexit” s’applique de façon définitive pour le canton de Vaud

Le “Phonexit” s’applique de façon définitive pour le canton de Vaud

Depuis lundi, toutes les écoles obligatoires du canton doivent suivre la nouvelle directive de la DGEO (Direction Générale de l’Enseignement Obligatoire) à savoir que les téléphones portables des élèves doivent être éteints et rangés dans leurs sacs.

Ce qui inclut la récréation (pause du matin) et la pause de midi, sauf dans des cas exceptionnels comme une recherche sur la demande de l’enseignant.

Projet pilote concluante pour le canton

L’année dernière 10 établissements ont été soumis à un projet pilote sur l’éducation numérique.

À savoir, l’utilisation portable durant le temps scolaire (durant la pause matinale seulement) une majorité de ces 10 établissements avaient déjà interdit le smartphone durant le temps scolaire et encore pour certains la pause de midi.

Entre autre, dès que les élèves sont sous la responsabilité de leur établissement scolaire le téléphone portable n’est plus toléré.

Durant les camps de ski, vu qu’il s’agit d’un temps scolaire et sous la responsabilité de l’école, est-ce toléré ?

J’en avais également parlé que durant ce pilote, la DGEO n’avait pas assez poussé la réflexion sur l’interdiction.

Suite à ce point soulevé officiellement pour la rentrée 2019-2020, il sera interdit ou restreint à des heures précises.

Statistiquement les jeunes passent deux à trois fois plus de temps sur des objets numériques que leurs parents

Selon la Commission fédérale pour l’enfance et la jeunesse, un jeune (16-25 ans) passe en moyenne quatre heures par jour sur leur téléphone durant leur temps libre (hors-scolaire)

Ceci est bel et bien une moyenne et selon la Commission, 25% des jeunes peuvent y passer plus de cinq heures par jour.

Pourquoi équiper ses enfants aussi tôt d’un smartphone ?

En temps normale, il s’agit des parents qui les équipe d’un téléphone portable, pour par exemple être sûr que tout va bien.

Un parent veut toujours avoir “une certaine rassurance” que leur/leurs enfant/-s va/vont bien comme en ayant leur numéro de téléphone dans leurs répertoires de téléphone.

Et encore plus quand le jeune va à l’école tout seul, il a besoin de savoir ce qu’il se passe.

Est-ce que c’est une bonne chose qu’un enfant ait un abonnement illimité ?

Avant que j’ai eu mon abonnement illimité, j’avais un compte prépayé et donc je utilisais rarement mon téléphone car il m’avérait pas très utile.

Dès lors que j’ai reçu mon contrat illimité (téléphonie, SMS et données) partout en suisse, tout est parti de là où je pouvais facilement avoir une quarantaine de discussions qui tournent quotidiennement.

Ça paraît excessif ?

Pas du tout, c’est comme si on annonçait à tout le monde qu’on est non-stop disponible par message.

Donc selon moi, ça ne sert pas à grand chose avant les 14-15 ans (ce qui équivaut à la dernière année de l’école obligatoire en temps normal) car avant cela ne va pas arrêter de les encourager de regarder des vidéos, de textoter, …

Conclusion

Mais d’un autre côté, je ne comprends pas tellement le sens d’interdire pendant la pause de midi, est-ce que cela va les encourager à y consulter plus souvent?

Et par le fait d’interdire durant toute une journée scolaire, à 90% des chances leur premier réflexe en sortant du bâtiment c’est d’allumer leur téléphone et regarder “ce qu’ils ont loupé durant la journée”.