Quel est le mieux entre Office 365 (Microsoft 365) for Business et Google WorkSpace ?

Quel est le mieux entre Office 365 (Microsoft 365) for Business et Google WorkSpace ?

Avant-propos

Voilà après plusieurs semaines de silence où je fais mon grand retour.

Ceci étant que l’inspiration est très un peu partie sur un autre terrain, mais j’ai pu y retrouver avec succès :).

Je suis toujours à l’écoute de vos propositions soit par mail (blog@johantech.ch) ou sur les réseaux sociaux !

Office 365

J’ai longtemps utilisé la suite Office (beaucoup Word et Excel) pour faire mes travaux et l’application OneNote pour des prises de notes rapides.

D’ailleurs OneNote est vraiment un outil tellement puissant et adaptif pour la prise de notes autant bien des annotations manuscrites que directement tapés sur l’ordinateur, avec des images puis reannotées par dessus, une conversion rapide en fichier PDF.

Mon travail m’a attribué une licence Office 365 avec une boite mail Exchange et toute la suite Office qui va avec.

Puis arrivé à la deuxième rentrée scolaire où nous avons reçues chaque élèves et enseignants un accès à la suite Office (aussi avec une boite mail attribuée pour chaque personne) en ligne et en téléchargement.

Tout ceci pour communiquer plus facilement et échanger des fichiers sans trop poser de problèmes.

Personnellement, j’utiliserai vraiment du Office 365 juste pour le système de mails (Exchange) qui est juste excellente et optimales pour des communications à l’interne d’une entreprise.

Par contre, je pense que tout ce qui est partage de documents collaboratifs et les versions en ligne de la suite Office c’est juste à fuir pour moi.

Je connais beaucoup d’entreprises qui transitent très gentiment sur les solutions d’Office 365.

Google WorkSpace (ou anciennement G Suite)

Depuis que j’ai connu la version Google WorkSpace pour les entreprises (donc cela veut dire avec son propre nom de domaine).

Je l’utilise beaucoup dans le cadre d’une de mes activités en dehors de mon travail et de ma formation qui est très pratique simple à utiliser.

Depuis peu, j’ai pris un nom de domaine que j’avais sous la main (acheté chez Infomaniak) et j’ai changé dans les zones DNS pour les mails (ce qu’on appelle des champs MX) qui doivent pointer chez Google.

Personnellement je trouve que l’interface est simple à utiliser et la gestion des partages aussi.

Quand on doit faire des travaux de groupes, j’opte directement pour la suite Google qui permet d’avoir une gestion très facilitée, avec chacun une adresse mail qui lui est attribuée et un Drive partagé.

Par contre, je suis quand-même moyennement satisfait sur leur politique de protection des données de manière globale.

Pour résumer, j’ai toute la suite Google (Docs, Drive, Groupes, Gmail, …) avec 2To (ou 2’000 Giga) de stockage pour une vingtaine de francs par mois et par utilisateur, pour ce que je fais, c’est une bonne affaire.

Protection des données

Bon, faut avouer que je ne suis ni un pro Google à 100% ou un pro Microsoft à 100%.

Sans m’étaler sur les politiques des deux entreprises, pour moi Google est pas trop l’endroit où je mettrai toute ma vie dessus mais je trouve que la puissance de la gestion et de la conception d’un programme qui fait du traitement de texte, Google passe la compétition à main levées.

Il faut préciser que Microsoft ont des bureaux en Suisse et quand on passe un achat pour un Office 365 for Business, on reçoit une facture avec l’adresse de leurs bureaux qui sont à Zurich.

Par contre, Google c’est avec l’adresse qui est basée en Irlande, je ferai sûrement un prochain article du pourquoi du comment les très grosses entreprises font leur siège social pour l’Europe en Irlande (j’en dis pas plus ;).).

Conclusion

Le mieux reste malgré tout Google, même si c’est pas totalement transparent, leurs manières pour la protection des données et cela reste malgré tout un excellent rapport qualité prix avec le service qui est offert.

Test des enceintes connectées Sonos One (2ème génération)

Test des enceintes connectées Sonos One (2ème génération)

Avant-propos

Ceci dit, ça va faire 4 ans que je porte ce blog et en suis toujours fier et motivé à partager mes impressions, expériences avec vous.

Encore milles mercis d’être nombreux à suivre ce que je fais dans ce cadre (ou dans un autre…).

Cela va faire depuis extrêmement longtemps que je n’ai plus refait de tests de produits sur le blog.

Mais bon, voilà chose qui est faite.

Le produit que je vais vous présenter aujourd’hui est sorti en octobre 2017 et qui est toujours en vente presque partout.

Achat

Je l’ai acheté sur Digitec, un combo pack où j’en avais deux pour 429 CHF et il y avait du délai de quelques jours pour les avoir.

Bon, au jour où j’écris l’article, je suis retourné sur Digitec et les prix ont baissé : le même pack est actuellement à 409 CHF.

Pas eu de mauvaises surprises, le délai était respecté.

Juste pour ça, je veux dire un gros MERCI Digitec d’avoir vu les prévisions justes, d’autant plus que les livraisons sont très retardés en ce moment.

Déballage

C’est très simple : j’ai ouvert le carton, pris la bête et branché au secteur.

Pourquoi chercher compliqué alors que la simplicité existe (je pense qu’une citation de ça doit être faite).

L’haut-parleur pèse quand-même son poids : 1.8 kilos qu’on ressent très rapidement lors de la première prise en main.

La taille de la boite du Sonos, fait l’impression que l’enceinte est très grande alors que pas autant quand c’est déballé.

Mise en service

Alors, après l’avoir branché au secteur, il s’allume tout seul comme un grand.

Il faut installer au préalable l’application Sonos sur le téléphone ou la tablette, être connecté au Wi-Fi où on veut que l’enceinte soit connectée et me suis amusé à cliquer sur Suivant.

Compte Sonos

D’emblée, j’ai essayé de contourner le fait qu’un compte Sonos doit être créé mais c’était peine perdu, si on ne voulait pas que notre ou nos enceintes Sonos soient lié à un compte, on peut tout simplement pas les utiliser.

Raison est que les informations des enceintes sont stockées sur le compte Sonos et il suffit qu’une personne non-voulue accède au compte peut voir le statut, le numéro de série et quand la première mise en servie à été faite (date et heure).

Pour le moment, Sonos n’a pas encore mis en place un service de double authentification pour l’accès au compte.

Après le bon côté, tout est facile à gérer et l’accès se fait très facilement depuis l’application.

L’assistant Google

Pour ceux qui me suivent depuis un long moment sur le blog connaissent mon avis sur les services de Google.

Ben, j’ai fait quelque chose…

J’ai bel et bien activé l’assistant Google sur mes enceintes Sonos.

Et c’est lié à mon nouveau Google Pixel 4a 5G (dont je vais aussi en parler dans un prochain article) et donc avec mon fabuleux compte Google.

Enfin, cela m’a pris 30 minutes pour le faire, car soit l’application Sonos ou celle de l’assistant Google partaient en erreur.

Qualité du son

Il faut le savoir que Sonos est une marque d’une qualité remarquable autant pour l’ergonomie que pour sa qualité sonore.

Oui, on peut modifier volume, mais j’ai préféré de tout laisser à zéro dans les égaliseurs sur l’application mobile pour voir ce qu’il vaut réellement.

Personnellement, j’ai des goûts de musiques plus ou moins variés, et voici ce que j’en ai pensé.

Les aigus

Alors vraiment, c’est d’une qualité très haute mais si on pousse vraiment les volumes à fond, j’ai trouvé les aigus sifflent dans les oreilles et légèrement criard.

Les basses

Alors, les basses sont présentes, suivant dans certains cas un peu trop.

Par contre, j’ai un bon conseil à donner, si vous travaillez sur la même table que l’enceinte Sonos vous allez clairement ressentir les vibrations des basses sur la table.

Donc le mieux, c’est de le mettre sur une étagère où c’est pas trop dérangeant et que le son n’est pas trop étouffé.

Effectivement, il existe des caissons de basse mais j’ai toussé (non, pas Corona) quand j’ai vu les prix pour en acheter un : 799 CHF sur le site de Digitec.

Fonction stéréo

Dernier point sur la qualité du son, les enceintes réagissent extrêmement bien au fait qu’elles se complémentent, l’effet stéréo est très bonne.

J’ai pu constater qu’il y a des micros latence mais bon rien n’est parfait et c’est aussi pour chercher un peu le moindre défaut.

Suivant la configuration, on peut choisir où se trouve l’enceinte et nous propose soit de le mettre en stéréo (plusieurs) ou mono (un seul).

Conclusion

Pour moi, c’est un appareil compact, simple et complet et cela vaut clairement la peine d’en avoir une dans sa maison surtout si vous aimez avoir une petite musique de fond quand vous cuisinez, travaillez, …

Et le son en général se répand très bien dans la pièce tout aussi bien en configuration mono ou stéréo.

Très content de mon achat !

WhatsApp la fin et ses rebondissements en 2021

WhatsApp la fin et ses rebondissements en 2021

Avant-propos

Ca fait depuis un très long moment que je n’ai plus parlé de notre très cher compagnon quotidien : WhatsApp.

Ceci restera très marqué, le nombre de personnes qui ont voulu faire la transition WhatsApp -> Telegram ou encore WhatsApp -> Signal qui s’est multiplié par dix depuis l’annonce des nouvelles conditions générales et qui fallait accepter avant le 8 février 2021 sous peine d’avoir son compte WhatsApp suspendu ou supprimé.

Enfin… cela était avant.

Le traitement des données

La RGPD (le Règlement Général sur la Protection des Données) a été très clair depuis sa mise en place, les entreprises doivent être transparents sur la manière dont les données des utilisateurs sont exploitées.

C’est ce que WhatsApp a fait, en étant transparent et dire comment il va être utilisé à partir d’une certaine date.

A savoir que WhatsApp, aux yeux de sa maison-mère, Facebook, et un très gros nid de données très intéressantes pour faire rentabiliser l’application.

Enfin de compte, qu’est-ce qu’il va changer concrètement ?

A l’heure actuelle, WhatsApp ont repoussé la date des nouvelles conditions générales le 15 mai 2021 et en a profité de remettre les choses un peu dans l’ordre.

Donc pas de panique et pas besoin de faire des gros changements pour l’instant.

Dans leur communiqué officiel, ils ont mentionné qu’on peut toujours faire les mises à jour proposées et que le traitement des données ne va rien changer sur l’exploitation des données et de la relation que WhatsApp a avec Facebook.

Pour nous, en Suisse et en Europe, même avec le changement des conditions générales, cela ne va rien changer sur comment les données seront exploitées par Facebook car la firme est soumis au RGPD.

Les alternatives

Telegram, Signal et Threema avaient sauté sur l’occasion quand WhatsApp ont fait la grosse annonce d’être plus proche de Facebook pour l’exploitation des données.

Telegram ont vu une grosse augmentation des utilisateurs qui ont dépassé 500 millions, faut préciser que plus de 25 millions d’utilisateurs ont rejoint Telegram dans les 72 heures qui ont suivi les annonces de WhatsApp.

Signal ont subi des énormes soucis avec le réseau de leurs serveurs, une très grosse surcharge a eu lieu ces derniers jours avec le nombre d’utilisateurs qui se sont inscrits.

L’avenir de WhatsApp ?

Pour le moment, rien nous dit que WhatsApp va perdre réellement ses utilisateurs du jour au lendemain.

A savoir aussi qu’en 2015-2016, l’application a aussi fait un coup de théâtre disant aux utilisateurs de payer pour pouvoir utiliser l’application sous peine de se faire suspendre ou supprimer le compte.

Suite à ceci, les utilisateurs ont été pas très contents et WhatsApp a enlevé cet aspect-là.

Qui sait, peut-être que WhatsApp va partir chez un autre actionnaire que Facebook.

Seul le temps va pouvoir nous le dire…

Rétrospective 2020

Rétrospective 2020

Avant-propos

La rétrospective de cette année se fait en sans oublier l’évidence qui nous a majoritairement impacté nos vies depuis le mois de mars.

Je ne vais pas prendre le rôle des journalistes et de rajouter une couche inutile, mais faut savoir que cela m’a permis de prendre un peu de recul sur le contenu et la forme du blog.

Statistiques qui sont relativement bonnes

C’est pas aussi folichon qu’en 2019 mais je tiens encore à dire que nous avons battu le record du nombre de visiteurs qui est en février 2020 avec 13’936 visiteurs.

En 2019, il s’agissait du mois de juillet avec 12’793 visiteurs.

La Rétrospective

Alternative Suisse au stockage des données

Je commence cette rétrospective avec l’article de kDrive (d’Infomaniak), j’ai été l’un des privilégiés à pouvoir utiliser la première version bêta lancé il y a un an.

Par la suite, j’ai pu faire transiter quelques personnes de Google Drive/OneDrive/Dropbox à kDrive :).

Et pendant le confinement il m’était très utile à créer des boîtes de dépôts et partager des documents pour mes travaux.

Les visioconférences

J’avais sondé une trentaine de personnes sur leur utilisation des logiciels de visioconférence.

Le début du sondage tombait en même temps que la polémique sur le traitement des données chez Zoom (qui était très voire trop prisé lorsque tout le monde était en home-office).

Donc cela m’a permis de faire un lien que je ne m’attendais pas trop à faire, mais le résultat était intéressant.

Personnellement, la plateforme que j’utilise le plus (qui est toujours le cas actuellement) est Discord : autant pour les cours professionnels que pour rester en contacts avec mes proches.

Contact tracing

Continuons sur la même lancée, j’ai pu parler du contact tracing (bien avant les directives qui ont été pris sur le Canton de Vaud avec SocialPass).

Et c’était en même temps que le lancement de l’application SwissCovid.

Pour vous donner un peu plus le contexte (ou vous le rappeler), suite à la première réouverture des restaurants en mai, GastroVaud (la société qui gère tous les restaurateurs sur le canton de Vaud) ont mis en place des feuilles où on devait inscrire nos noms, numéros de téléphone, …

Dans le cas où quelqu’un serait positif, le médecin cantonal peut appeler les personnes qui ont été autour d’elle durant ce temps.

Mais bon qui dit papier, dit transmission entre les tables et visibilité des coordonnées des autres personnes…

Donc niveau traitement des données c’est pas tellement top, du coup Infomaniak ont mis rapidement en place un système qui permet aux restaurateurs de créer des QR code pour pouvoir le faire de manière numérique.

Les avantages : les données des hôtes restent en Suisse, non visible des autres et Infomaniak informe le canton s’il y a un cas positif.

L’article en question

Derrière nos écrans en fumée

Ce film-documentaire produite par Netflix reflète extrêmement bien la réalité de notre utilisation des réseaux sociaux et de l’internet en général.

Tout se généralise sur du cloud niveau travail, privé, vie associative, …

Après avoir vu ce film, cela remet en question le positionnement des géants du web (vous savez, la fameuse GAFAM qu’on utilise quotidiennement).

Et cela (petit parallèle) a fait ses preuves lorsqu’on était victime d’une panne partiel des services de Google (les services de Google Drive et YouTube) le 14 décembre.

Pour ceux qui n’auraient vu ni l’article que j’ai fait mon analyse personnel ou même vu le film voici les liens :

L’article

Le film (sur Netflix)

Espérons que 2021 sera mieux

Je vous souhaite de très belles fêtes de fin d’année et on espère tous que 2021 sera meilleur que cette année très étrange.

Mais je ne vous abandonne pas complètement car comme chaque année, je publierai un article le 1er janvier à 0h00 pour vous souhaiter une belle année.