Est-ce qu’il existe une alternative de l’application SwissCovid ?

Est-ce qu’il existe une alternative de l’application SwissCovid ?

Avant-propos

Je tiens à vous remercier pour votre fidélité, pour un mois d’août les chiffres étaient relativement hauts : 9’200 visiteurs uniques (environ).

N’hésitez pas à partager les articles (les liens de partage sont en bas de chaque article) c’est toujours des personnes en plus qui sont intéressées :).

SwissCovid

Pour ceux qui n’ont pas encore entendu (chose qui me semble très peu probable mais on ne sait jamais), SwissCovid est une application qui a été développée par l’OFSP (Office Fédéral de la Santé Publique) à Berne en partenariat avec EPFL (Ecole Polytechnique Fédérale de Lausanne) et ETHZürich.

L’application en question est open-source (le lien du repos GitHub se trouve dans l’application et je l’ajoute également ici : GitHub.

Et aussi une petite vidéo explicative du fonctionnement de l’application :

Personnellement, je l’ai installée par recommandation des différentes ordonnances des endroits que je fréquente pendant cette période relativement particulière (comme l’école professionnelle).

Formulaire de traçabilité des contacts dans les restaurants, bars, cafés, …

Dans une très grande majorité de restaurants, bars, pubs et autre endroits où il n’est pas possible de porter le masque, je vois souvent une feuille A4 avec les coordonnées des personnes se situant sur d’autres tables.

Un exemple dans un bar lausannois où je suis allé avec quelques proches, utilisant la “vieille” méthode du stylo et papier qui est gardé pendant 14 jours avant d’être détruit.

L’OFSP impose la traçabilité des contacts dont via l’application SwissCovid mais la majorité des personnes ne l’a pas installée soit par manque d’informations sur son fonctionnement ou bien parce qu’ils ne veulent pas “être surveillés” à tous moments de la journée.

Inconvénients de ce système du stylo et papier

On peut consulter les noms, prénoms, numéros de téléphone et code postal de chaque hôte entrant dans un restaurant.

Le client qui inscrit ses coordonnées peut avoir une écriture approximative (ou illisible) et ce qui peut poser soucis si on doit l’appeler s’il y a un cas confirmé dans le lieu de restauration ce jour-ci.

Le code QR

On scanne le code QR, va sur une plateforme web (la plupart du temps hébergée en Suisse) et inscrit ses coordonnées et atteste en cochant qu’il n’a aucun symptôme lié au COVID.

Si je prends l’exemple d’un grand restaurateur Suisse, Eldora, ils ont développé leur système tout hébergé en Suisse où seul le responsable de chaque restaurant a accès.

L’avantage, il reste anonyme face aux autres utilisateurs, très rapide, 99.99% lisible si une personne doit être atteignable pour un cas positif, l’heure d’arrivée et de départ exactes.

Défaut de ce système : il est très peu répandu car il faut trouver une plateforme fiable, gratuite (dans la mesure du possible) et qui doit être hébergée en Suisse.

Infomaniak lance sa propre plateforme : SafeTracing

Dans l’ère du temps, Infomaniak a sorti sa propre plateforme gratuite, chiffrée et hébergée dans leurs datacenters genevois.

Le système reste le même : un code QR à scanner et remplir un formulaire.

Du point de vue d’un restaurateur, là où c’est intéressant d’utiliser ce système : au lieu que le restaurateur doit envoyer les formulaires au médecin cantonal, Infomaniak s’en occupe directement dans la seconde qui suit un test positif.

Il peut également créer un seul QR code tout comme une par table.

Voici une petite vidéo qui explique le concept de ce nouveau système :

S’il s’avère que c’est un faux cas positif, le client pourra mettre à jour s’il le faut via un code SMS généré après le scan du QR code.

La plateforme qui évoluera avec le retour des utilisateurs

SafeTracing by Infomaniak est encore en phase Bêta et va évoluer avec les retours d’utilisation des clients, le service est gratuit sans engagement au préalable, il suffit de se créer un compte chez Infomaniak pour bénéficier du service.

Envie d’essayer ?

Formule pour la rentrée pour 2020-2021

Formule pour la rentrée pour 2020-2021

Avant-propos

Je voudrais beaucoup vous remercier pour ces très nombreuses visites.

Juste pour vous donner une ordre d’idée, l’article du mois de mai Comment bien booster un site internet ? a fait rassembler près de 10’500 visiteurs durant ce mois-ci.

Encore une fois, toutes mes excuses pour avoir été silencieux pendant les mois de juin et juillet.

Qui dit aucun contenu, dit grosse baisse des visites : 7’125 visiteurs pour le mois de juin.

Et 6’925 visiteurs pour le mois de juillet.

Pour vous donner un ordre d’idée de la moyenne plus ou moins semi-annuelle, plus exactement de Janvier à Juillet, elle se trouve à 5’973, ce qui représente plus qu’en 2018.

Plus d’articles

Le passé, reste dans le passé…

J’ai écouté vos retours l’année dernière sur sortir un article quotidien (sauf les week-ends), très ambitieux et cela a réellement fait baisser la qualité des articles.

Puis, pour l’année “Corona”, j’ai voulu le baisser avec un article par mois, ce qui faisait perdre énormément le dynamisme du blog et des visiteurs.

Et de mon côté, ça m’est arrivé d’oublier d’en rédiger donc cela n’a pas aidé.

Pour vous donner une idée, un article sur ce blog (de 600 mots environ) peut bien me prendre 45 minutes – 1 heure pour le développement du sujet, moduler et arriver à un quota minimal avant de le corriger puis publier.

A la rentrée

Pour la rentrée je pense repartir sur un article hebdomadaire, pour garder un contact régulier avec les lecteurs et aussi pour moi de garder ce dynamisme de trouver quelque chose de pertinent (tout en restant dans le thème) de manière pertinente.

Je tiens toujours à vous dire que vos idées sont plus que bienvenues (mail, Facebook, Instagram, Twitter, …) le blog est presque fiché sur tous les réseaux sociaux (enfin… ceux qui sont encore civilisés, non, TikTok n’est pas dans le game…).

Tiens, TikTok peut être un sujet qui pourrait être exploré dans un futur proche.

Surtout avec les histoires qu’il commence à avoir avec les actionnaires de cette application.

Vous êtes nouveau ?

Vous pouvez vous abonner au blog en vous abonnant sur les réseaux sociaux ou en inscrivant votre adresse mail pour ne rien rater ;).

(Promis, ce sera pas plus d’un article par semaine.)

Verdict de ce déconfinement, quelles plateformes de vidéoconférences avez-vous utilisé ?

Verdict de ce déconfinement, quelles plateformes de vidéoconférences avez-vous utilisé ?

Avant-propos

Toutes mes excuses pour ces longs mois de silence, promis, je ne vous abandonnerai pas pendant l’été ;).

Je voudrais beaucoup remercier tous ceux qui ont rempli le sondage sur l’utilisation des vidéoconférences qui a pas mal circulé sur les réseaux sociaux, vous étiez une trentaine de personnes qui ont répondu.

Je tiens à (re)préciser que le sondage était anonyme.

Les résultats du sondage

Zoom en tête

La grande majorité (10 répondants sur 30) a utilisé cette plateforme pour sa simplicité et son efficacité.

A savoir qu’au mois d’avril 2020 (en plein pendant le confinement), plus de 300 millions d’utilisateurs utilisaient Zoom pour leurs réunions, les retrouvailles, ou autres.

Avis personnel, cela ne me surprend pas énormément car la majorité de l’enseignement à distance se faisait via Zoom même après la polémique sur la transmission de données à des tiers.

Sachant que les établissements scolaires ont reçu des instructions du Département des écoles (en tout cas sur le Canton de Vaud) :

  • Ne pas connecter Zoom avec un compte Facebook, Google, etc… ou une adresse mail
  • Ne pas partager de fichiers ou données personnelles via le tchat de la réunion
  • Utiliser un pseudo pour garantir l’anonymat des élèves

Soucis est que, Zoom était au coeur d’une grosse polémique au mois d’avril avec les données qui étaient revendues sur Facebook.

Parmis mes collègues qui avaient des cours à distance sur Zoom, certains étaient très sceptiques à l’idée de l’utiliser pour suivre les cours avec la polémique.

Quelques semaines suivant cette polémique, Zoom a avoué d’avoir eu quelques failles de sécurité et ne s’attendait pas avoir un tel succès pour les conférences durant le confinement.

Enormément de mises à jour de sécurité ont suivi tels qu’ils mettent un mot de passe par défaut à la création d’une réunion ou masquent l’ID et le mot de passe directement dans la réunion.

Les raisons

Les réponses m’ont personnellement surpris surtout quand il s’agissait de la raison pourquoi utiliser une telle application qu’une autre.

Zoom était largement en tête du classement et la raison était que c’est simple à utiliser et mettre en place ou que leur entreprise finance la version premium.

Skype et Microsoft Teams non loin derrière Zoom

Dans le classement, on a une deuxième place ex aequo entre Skype et Microsoft Teams, les deux hébergés et conçus par Microsoft.

L’utilisation de Teams est seulement si les entreprises payent des licences Office (ou nouvellement Microsoft) 365 Professional qui inclut Teams dans le jeu.

Discord et Infomaniak Meet retrouvés en 3ème place du classement

Discord pour ceux qui ne connaissent pas l’application, c’est une sorte d’alternative version gamer de Zoom.

Personnellement, je l’ai plus utilisé que Zoom pour travailler et mes cours à distance étaient sur Discord (chose qui m’arrangeait car je suis assez bien rodé pour l’utiliser).

Infomaniak Meet s’est très vite trouvé une place et encore une fois l’équipe d’Infomaniak a frappé fort en mettant gratuitement et rapidement à disposition cette alternative pour les visioconférences.

Pour l’avoir utilisé c’est juste parfait si on se sent pas du tout à l’aise ou si Zoom pose quelques soucis niveau latence et stream.

Êtes-vous sensibles où sont basées les entreprises qui ont conçus les logiciels de visioconférences ?

Par cette question je voulais savoir si les utilisateurs savaient que ces plateformes sont majoritairement basées aux US, et les réponses étaient plus ou moins égales :

53% des réponses ont dit “Oui” et 47% ont répondu “Non”.

Par contre, la question d’après qui consistait à savoir s’ils lisaient les articles les concernant et une petite majorité ont répondu “Non” (60%) et la moitié du panel a lu les articles mais sans plus.

Profil du panel

On avait un panel très large et intéressant :

  • 17% avaient moins de 18 ans, 33% entre 18 et 30 ans, 10% entre 31 et 50 ans, 37% entre 51 et 60 ans, 3% plus de 61 ans
  • 19 profils sur 30 ne travaillent pas dans l’informatique
  • 1 retraité, 2 employeurs, 2 enseignants, 11 employés, 9 apprentis, 3 écoliers et 2 sans emploi

Merci encore mille fois à ceux qui ont répondu, partagé les publications sur Facebook, ça a aidé pour avoir plus de monde au sondage :).

Utiliser Zoom pour les visioconférences, une fausse bonne idée ?

Utiliser Zoom pour les visioconférences, une fausse bonne idée ?

Avant-propos

Volontairement j’ai voulu garder le silence comparé à mes chers collègues blogueurs.

Pour moi, ce n’est pas pertinent d’ajouter une couche supplémentaire dans le flux d’informations qu’on reçoit par jour de la part des médias de manière générale, même si j’ai l’impression que ça s’est calmé depuis quelques jours.

Zoom

Je pense que je n’ai pas réellement besoin de présenter l’application vu qu’elle a plus de 200 millions de téléchargement dans le monde. (10 millions avant le début du confinement)

On a presque tous été sur cette plateforme pour au moins une visioconférence.

Elle est devenu très populaire depuis qu’on fait du télétravail, elle passe devant les autres logiciels de par sa simplicité :

  • Pas besoin de s’inscrire pour l’utiliser (sauf l’hôte de la réunion),
  • Partager son écran avec les autres utilisateurs
  • Faire du contrôle à distance (ce qui peut être une alternative à TeamViewer).

Tellement pratique que les écoles obligatoires vaudoises (sur la décision du Canton) peuvent utiliser cette application pour faire l’enseignement à distance à quelques conditions :

  • Les élèves ne doivent pas s’inscrire et entrer leur adresse mail privé ;
  • Inscrire leur vraie identité ;
  • Ne pas envoyer de données sensibles.

Protection des données

Ce qui m’amène à vous parler du fil rouge de l’article, la protection des données sur Zoom.

Zoom a des défauts et des polémiques, ce qui me rend moyennement fan à l’utiliser contrairement à une autre application (comme Discord par exemple).

Les données sont stockés chez Amazon (en Amérique) et chez Google ce qui rend la traçabilité relativement compliquée.

D’ailleurs, le CEO de Zoom a avoué que les données des utilisateurs sont envoyés et exploités chez Facebook.

Lier Zoom à notre compte Facebook personnel, un bon plan ?

Disons que si la polémique n’avait pas fuité, on pourrait y aller presque les yeux fermés.

Mais, un activiste de Privacy Matters a analysé la politique de confidentialité et il conclut que Zoom informe Facebook chaque connexion/déconnexion, action, partage d’écran de fichiers, … et ce même sans l’avoir lié à un compte Facebook.

Donc ce qui me fait venir au fait qu’il faudrait essayer de contourner Zoom en choisissant une alternative qui pourrait remplacer Zoom.

A-t-on réellement des malwares en désinstallant Zoom ?

J’ai un collègue informaticien qui travaille dans une autre entreprise d’où je suis, il m’a dit que depuis qu’il a entendu les rumeurs sur Zoom il l’a directement désinstallé.

Pour vous dire, je suis sur Windows 10 et n’ait pas remarqué de ralentissements qui m’ont semblé flagrants.

J’ai Malwarebytes et Windows Defender qui ne m’ont pas alerté que Zoom est porteur de malwares ou qu’il est corrompu.

Sans l’avoir désinstallé, Malwarebytes n’a rien trouvé de spécial ni après, quand j’ai désinstallé Zoom (et ce, même après avoir redémarré plusieurs fois la machine).

Les applications alternatives

Si on veut vraiment se rapprocher le plus possible des services Zoom tout en l’hébergeant sur notre propre serveur ou quelque part en localement en Suisse.

La plateforme Meet dInfomaniak est l’une des alternatives qui remplacent les services de Zoom : partage d’écran, chat groupé, appels vidéo, appels audio, …

Infomaniak s’est basé sur l’application Jitsi Meet qui est un logiciel open source (sans droit d’auteur) pour proposer ce nouveau service qui est totalement gratuit, sans publicités, sans limite de durée et sans inscription, cool non ?

Est-ce que ceci pourrait être LA solution pour l’enseignement à distance ?

Si on opte pour la solution de Meet Infomaniak, tout est hébergé en Suisse, les visioconférences sont chiffrées et bientôt disponible : l’application mobile permettant de faire des visioconférences depuis un téléphone ou une tablette.

Les entreprises commencent gentiment à se tourner vers la solution Gitsi Meet pour son côté open source et sa puissance.

Pour ceux qui veulent s’amuser, il est aussi possible de l’installer sur un serveur et faire toute la configuration de A à Z.

Conclusion

Zoom à mon sens est un peu le faux bon plan comme solution pour les visiosconférences et la solution alternative serait Gitsi Meet pour ceux qui veulent l’installer sur leur propre serveur ou utiliser Meet Infomaniak pour les utilisateurs finaux.

Le changement d’Apple à Androïd

Ce mois-ci je veux plutôt vous parler ma transition que j’ai (re)fait d’Apple à Androïd.

Faisons un petit flash-back…

Fin 2018, j’ai voulu tester quelque chose de totalement nouveau en NE prenant que des produits Apple (téléphone, montre, ordi, …) et c’est aussi le fait qu’à cette époque précise, j’étais dans le système scolaire vaudoise (qui fonctione que sur des produits Apple), l’iPhone 7…

De ce fait, ça m’a paru légitime de passer que sur du Apple et laisser tomber Androïd.

On se familiarise relativement rapidement avec les produits Apple MAIS sur le long terme, on constate rapidement les limites des appareils.

Typiquement, quand j’avais mon iPhone XS Max, les options restaient limités niveau photographie.

En faisant quelques tests, l’application Lightroom poussait au maximum les objectifs comparé à l’application native du téléphone.

Niveau flexibilité des paramètres et options, Apple reste très fermé, j’en parle un peu plus bas dans l’article…

Rapport qualité/prix

Pour mon iPhone XS Max Gris Sidéral 512 GB (neuf) acheté chez Interdiscount pour 1’699.- en février 2019, disons qu’on paye beaucoup pour la marque et le service.

Mon nouvel appareil Androïd

Pour remplacer mon iPhone, j’ai pris le dernier Huawei P30 Pro, 256GB à 699.- , avec cinq caméras (au lieu des trois que j’avais sur mon vieux XS Max).

Donc 1’000.- de moins pour un téléphone, c’est pas rien mais niveau fonctionnalités on est beaucoup plus repoussé que sur iPhone.

Transfert des données de mon iPhone à mon téléphone Androïd

J’avais configuré sur mon iPhone SwissBackup (solution de sauvegarde d’Infomaniak) et sauvegarde automatiquement toutes mes photos, contacts, évènements sur le calendrier, …

La récupération des données a été faite très facilement et rapidement.

Mais, ce que je n’ai pas réussi à transférer, ce sont mes disucssions WhatsApp (chose qui m’aurait été très pratique), mais Apple ne propose pas d’endroit où sauvegarder les discussions WhatsApp à part sur iCloud.

Retour à la case départ pour certaines applications…

Appareil photo

Quatre caméras à l’arrière; un pour le grand-angle, un autre pour les photos “usuelles”, un autre pour le zoom (50x), le dernier je n’ai pas trop encore compris dans quel contexte on peut l’utiliser et un à l’avant.

Huawei met en avant ses capteurs “Co-ingeneered by Leica”, conçu par Leica (qui font d’excellents appareils photos d’ailleurs).

Les options sont très bien conçus, j’en ai testé quelques unes :

Avec “Leica Vif” :

Mode portrait (sur Akimbo, mon chat)

Mon préféré, mode nocturne

Et sans options…

Les appels téléphoniques

Revenons sur la base du téléphone, c’est de pouvoir prendre des appels.

En étant chez Swisscom, j’ai l’option VoLTE (Voice over IP mais via la 4G) ce qui permet de toujours naviguer sur son téléphone sans passer sur la 3G (chose qui arrive avec mon iPhone) et entendre très clairement l’autre personne au bout du fil.

Il me semble que la quasi des opérateurs Suisse offrent l’option VoLTE.

Partage de connexion

Là aussi, je ne m’attendais pas à ce qu’Huawei offre la fonctionnalité, on peut choisir si la fréquence de notre Wi-Fi soit en 2.4GHz ou en 5GHz.

L’empreinte digitale dans l’écran

Aussi, ceci est assez nouveau pour moi.

Auparavant, il suffisait que je regarde mon téléphone pour qu’il se déverouille mais maintenant il faut mettre son pouce pour le déverouiller, chose qui me convient clairement plus que le FaceID d’Apple.

Connecteur USB-C

Enfin les appareils Androïd ont laissé tomber le bon vieux connecteur Micro-USB, maintenant place à l’USB-C !

Chargement plus rapide, le transfert de données d’une clé USB au téléphone, …

Téléphone qui peut être aussi utilisé comme ordinateur

Huawei a encore bien fait le coup, si on branche un adaptateur USB-C – HDMI, le téléphone se transforme en ordinateur tout en ayant accès aux applications qu’on avait sur le téléphone.

Ils appelent ceci EMUI Desktop, je pense que je vais m’en servir pour m’amuser un peu :

A voir ce que je peux faire avec :).

Petit détail qui fait toute la différence, on peut brancher un clavier et souris externes !

Conclusion

Je reste conscient que Huawei est une marque chinoise et que l’appareil est fabriquée en Chine (je fais bien référence au Coronavirus), mais pour le moment je n’ai pas eu un seul soucis avec mon nouveau téléphone.

Content de mon nouveau jouet, en espérant que l’évolution et les mises à jour d’Androïd restent resplendissantes comme la version actuelle :D.