Après que je me suis habitué à l’ambiance du groupe on est monté dans le bus pour repartir chez nous.

On a fait une très grosse escale à Budapest on est allé dans un bateau avec un buffet luxueux. Après le repas, un par un, on a pris le micro et on a partagé aux autres notre expérience de ce projet.

Quand je l’ai pris, première chose que j’ai dit: « Je suis Johan, celui qui a oublié son passeport en Suisse » il y avait tout le monde qui riait et qui m’applaudissait. J’ai remercié Bruno de sa patience entre 5h du matin et 8h du soir pour le trajet.

Après les photos de groupe, on devait sortir du bateau, il était aux environs de 22h30. L’un des organisateurs il a dit aux accompagnants: « Bon, vous devez les occuper jusqu’à 4h du matin dans les rues de Budapest. » car on est resté bloqué à la douane hongroise pendant 3h30 et les conducteurs devaient dormir pour ne pas conduire illégalement sur les routes.

On a quasiment rien fait, certains ont dansé, Bruno a joué de la flûte jusqu’à 3h30 avant qu’on devait repartir dans le bus pour rejoindre l’Allemagne. Pour moi, c’était la belle occasion d’échanger avec mon ami. On est resté ensemble pendant tout le trajet et on a parlé de tout et de n’importe quoi.

J’étais assis à côté de lui dans le bus, on est directement allé dormir. Quand je me suis réveillé, j’ai directement deviné qu’on était soit, en Allemagne ou en Autriche. Et la réponse était la deuxième…

Pris le petit déjeuner dans un magasin sur l’air d’autoroute. Pendant tout l’après-midi, mon ami est descendu pour dormir car il faisait plus frais à l’étage du bas dans le bus.

Rien de spécial c’est passé pendant l’après-midi, sauf que vu que mon ami est parti en bas pour dormir, j’ai profité pour glisser un petit mot dans la poche de sa jaquette, en disant: « Je vais te manquer, mon ami. Johan. ».

À 16h30, c’était le moment quand le bus s’est arrêté quand on a dû diviser les suisses avec les allemands… C’était un moment difficile, surtout au moment que je devais le dire à mon ami, on a fait un énorme câlin.

Je voulais lui foncer dessus pour lui faire un dernier câlin, mais impossible un accompagnant a fait la voiture-balai.

Pendant une heure j’ai pleuré dans le bus et prié pour que mon ami voit ce billet. Aujourd’hui je n’ai toujours pas eu de nouvelle s’il l’a vu le petit message ou pas.

Pour me changer un peu les idées je suis allé rejoindre des personnes à l’arrière du bus et on a papoté pendant plusieurs heures.

On était arrivé à 23h à Vevey, et je me sens un peu bizarre de les quitter. Même encore aujourd’hui je vais mieux mais il y a un manque.

Peu après que je suis rentré chez moi, mon téléphone explose; près de 300 messages WhatsApp, 35 mails…

Il était 00h30 qu’un groupe WhatsApp avec tous les jeunes a été créé. Un bout de contact se crée. C’est un peu un endroit de confort pour moi ce groupe, elle fait vraiment changer les idées. Certains commençaient l’école directement le lendemain.

C’était ma semaine en Serbie. Si vous avez des questions ou un feed-back n’hésitez pas à me les faire partager, je suis ouvert à tout!

%d blogueurs aiment cette page :