C’est la grosse question que beaucoup de journaux se posent.

Exemple, le journal « Le Matin » a perdu près de 6,3 millions CHF en un an.

La décision (que je dirai « radicale », mais nécessaire) que le groupe a pris, c’est de supprimer la version papier et de venir sur un journal 100% numérique et gratuit.

Ils gardent espoir que le revenu publicitaire augmente.

Le rédacteur en chef actuel s’en va depuis que Tamedia a pris cette décision, et il a tweeté qu’il souhaitait « courage » à son équipe dont il a eu la fierté de diriger depuis 2015.

Ceci donne un impact aussi la diminution de la rédaction, dorénavant Le Matin sera 15 et travailleront pour plusieurs médias (comme le 20 minutes).

Le quotidien de « La Côte » s’est laissé une chance.

J’ai eu le privilège d’avoir pu échanger quelques mots avec le rédacteur en chef qui s’est posé la question si dans deux ans le journal existerait encore.

Je reprends, le quotidien de « La Côte » s’est laissé une chance en faisant une nouvelle formule qui plaît plus aux lecteurs aussi bien « analogique » que « numérique ».

Ce qu’ils ont bien conçu la chose, dans le journal du jeudi (celui des tous-ménages, c’est de faire un hebdo de la semaine en mettant que des extraits d’articles dans le journal du jour, puis il faut payer pour voir l’article intégral via le site web).

Ils ont la chance, la municipalité de Nyon leur a accordé 130’000 CHF de soutien (pour eux et NRTV, Nyon Région Télévision) en espérant que ça ira les aider à remonter un peu mieux financièrement.

 

%d blogueurs aiment cette page :