J’ai déjà un peu parlé de la confidentialité des données depuis cette polémique avec Facebook.

Je ne vais pas revenir sur ce cas pour qui je pense que ils sont sur un « terrain » risqué, et ils ont un peu profité de la situation que la législation européenne est restée en mode « silence » ou qu’elle a été très souple sur son règlement.

Ils stockent des données de plus de 2,3 milliards d’utilisateurs actifs!

Juste sur Facebook…

Bref, mardi dernier (24), WhatsApp sort un communiqué sur leur site web officiel parlant que le mois prochain l’appli va changer sa politique de confidentialité et ses conditions d’utilisations.

Ce qui va changer, pour les 1.2 milliards d’utilisateurs de cette application révolutionnaire, en Europe (y compris la Suisse), il faudra avoir minimum 16 ans et plus pour utiliser l’application.

Ce qui va handicaper bien des centaines de millions de jeunes (dont moi) à échanger des messages.

WhatsApp mentionne la raison d’avoir augmenter l’âge minimum pour bien protéger les données personnels.

Pour moi WhatsApp, c’est un de mes outils de travail et de communication rapide, donc je ne sais pas comment je vais faire sans…

Bon, vu qu’avec mon contrat illimité chez Swisscom, je peux aussi envoyer des SMS sans trop me soucier de la facture.

20 minutes CH on fait un sondage auprès de 13812 (ah oui, ici il faut être précis! Comme dit un professeur: la règle des trois « P »; Peau, Propre et Précis*.)

*: À prendre avec un accent suisse-allemand pour bien comprendre le gag.

4% ont pensé que c’est un scandale

34 % ont dit que c’est une bonne chose pour protéger leurs données.

Et

62 % ont choisi que ça ne sert à rien.

Surtout la question est; comment WhatsApp va faire pour contrôler qu’il n’y aura pas de « fraude » contre les conditions générales?

Là, WhatsApp n’a rien dit de sa technique pour contrôler.

Pour les moins de 16 ans, profitez de WhatsApp pour le moment, dans un mois vous ne pourrez plus l’utiliser!

%d blogueurs aiment cette page :